Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog

Nom du blog :
africinfos
Description du blog :
Africinfos est un espace de communication réservé à l'actualité togolaise,africaine et mondiale.
Catégorie :
Blog Actualité
Date de création :
22.09.2010
Dernière mise à jour :
21.12.2014

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· ACTUALITE (15)
· ANNONCES (1)
· ASTUCES (0)
· BILLET (4)
· BLAGUE DE LA SEMAINE (0)
· CELEBRATIONS (0)
· CHRONIQUES (2)
· COIN DU POETE (5)
· COMMUNIQUE (2)
· CRITIQUES (0)
· CULTURE (29)
· DEBTAS (1)
· DECOUVERTE (0)
· DEDICACES (0)
· DOSSIER (1)
· ECHOS DU MONDE (0)
· EDITORIAL (3)
· EDUCATION (6)
· ENVIRONNEMENT (1)
· ETRANGER (16)
· FAITS DIVERS (2)
· HUMOUR (1)
· INTERVIEWS (58)
· INVITE DU MOIS (0)
· JUSTICE (16)
· LE FRANCAIS AU QUOTIDIEN (0)
· LE MONDE AU FEMININ (0)
· LIBRE OPINION (2)
· LITTERATURE (56)
· MEDIAS (8)
· PENSEE DE LA SEMAINE (3)
· POLITIQUE (56)
· PUBLI-REPORTAGE (0)
· QUESTION DE LA SEMAINE (1)
· REGARDS (0)
· REPORTAGE (0)
· RETROSPECTIVE (0)
· SANTE (2)
· SOCIETE (36)
· URBANISME (0)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or africinfos
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Les raisons de l’implication de Bodjona dans l’Affaire Agba
· Monique Quizi Handlos élue Miss Togo 2011
· Le Best Of du chantre Boniface officiellement lancé à Lomé
· Togo : Véritable envers de l’exploitation du phosphate
· Colonel Yotroféï Massina pour renverser Faure Gnassingbé?

· L’artiste togolais Papou "Au bout du tunnel"
· Le Gal Assani Tidjani dans le collimateur des lycanthropes
· Pascal Bodjona "kidnappé" et gardé à la gendarmerie
· Affaire Bertin Agba : Pascal Bodjona échappe à l’abattoir
· Interview de Guy Rodrigue, artiste de la chanson gospel
· Interview de Kézita, Artiste togolaise de la chanson
· ‘’PAZOL’’ pour un nouveau visage à la ville de Lomé
· Interview d’Amron, rappeur togolais
· Interview de Mawuse HEKA, Directeur des Editions AWOUDY
· Basile ADEWUSI et son ouvrage sur la chanson togolaise

Voir plus 

Statistiques 345 articles


Thèmes

homme vie image bonne 2010 homme nuit histoire amis cadre enfant chat vie argent éléments chien internet cadeaux bande lecture signature revenu voyages togo société togo

Derniers commentaires

merci président pour la réalité que vous venez d'avouer. elle triste mais il est nécessaire de la dire. mais c
Par Balak, le 19.12.2014

une chose retiens notre attention c'est quand le directeur parle de trie de personne (auteur) plus que trie de
Par etewou sesse, le 09.12.2014

félicitations . courage et exhortation pour continuer de lever le voilà sur un coin du togo.
Par GNASSE, le 25.10.2014

slt ganda mes félicitation a vous.je suis un de vos plus grand admirateur.je suis également un amoureux de l'a
Par hountondji, le 12.08.2014

merci mawougnon, merci pierrot, puisque nous propageons tous la parole aux 5 coins du monde, nos poésies se re
Par David GANDA, le 31.07.2014

Voir plus

RSS
Recherche

Les raisons de l’implication de Bodjona dans l’Affaire Agba

Les raisons de l’implication de Bodjona dans l’Affaire Agba

Les raisons de l’implication de Bodjona dans l’Affaire Agba

Faure Gnassingbé et Pascal Bodjona

 

Les vraies raisons de l’implication de Pascal Bodjona dans l’Affaire Sow Bertin Agba :

Quand l’homme à tout faire de Faure Gnassingbé est accusé de réaliser l’alternance politique avec François Boko et l’ex Ambassadeur Allemand Alexander Beckman

 

La rocambolesque affaire d’escroquerie montée de toutes pièces par l’émirati Arabe Abass Ibrahim Youssef, continue de faire son petit bonhomme de chemin. Visant à anéantir des paisibles citoyens togolais, cette affaire ténébreuse et difficile à contourner reçoit de nouveaux ingrédients qui font blanchir certaines personnalités impliquées dont le ministre Pascal Bodjona, nommément cité par les médias étrangers et nationaux, et le richissime homme d’affaires togolais Sow Agba Bertin. Loin de finir, les révélations viennent enrichir le débat autour de cette affaire. Selon Nokoué, un quotidien béninois, Pascal Akoussoulèlou Bodjona, présenté comme escroc ou encore complice de la pire forme de brigandage international, n’a rien à se reprocher dans cette affaire qui tombe avec surprise sur le tout puissant Colonel Yotrofeï Massina de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR) et Compagnie. Faudra-t-il alors sacrifier son ami pour son goût immodéré du pouvoir ? Car selon certaines indiscrétions, Pascal Bodjona serait accusé de réaliser l’alternance en douce avec François Boko et en complicité avec l’ambassadeur d’Allemagne Beckman qui vient de quitter le Togo il y a quelques semaines

.

«Qui veut noyer son chien, l’accuse de rage», dit-on. Cet adage, à bien scruter la vie politique du Togo les quatre derniers mois, est l’image textuelle d’un habit que l’on a délibérément voulu faire porter à Pascal Akoussoulèlou Bodjona, ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales. Cité dans une affaire qui opposerait le compatriote Sow Agba Bertin, Directeur de OPS Sécurité, à un phénomène saoudien nommé Abass Ibrahim Youssef qui dit être escroqué à plus de 48 millions de dollars US, le document de plainte écrit à Dubaï le 2 mars 2010 et enregistré au Togo le 10 mars de la même année, transmis au parquet par Me Martial Akakpo ne porte nullement le nom de Pascal. Il s’agit entre autres de Bertin Agba, Loïck, Gbikpi-Bénissan…

Pascal Bodjona, selon une maquette réalisée depuis la maison où il mange jour et nuit, devait porter le chapeau d’un complice des hommes faux et infects qui aujourd’hui, se font révéler au monde entier.

Il y a par trop de preuves qui démontrent à suffisance que Pascal Bodjona n’est ni de près ni de loin impliqué dans cette affaire d’escroquerie pour laquelle le Colonel Massina se bouscule comme un chat échaudé Et justement, sur les myriades de documents que nous avons en notre possession et qui révèlent les marchés conclus entre les sociétés de Sow Agba Bertin et du faux Abass Ibrahim Youssef, il n’y a nulle part où le nom de Pascal Bodjona est cité comme témoins d’une opération quelconque devant aboutir au retrait des fonds de l’ancien président ivoirien Robert Gueï. Et précipitamment, l’on a voulu acculer le ministre Bodjona à l’abîme pour qu’il serve de drapeau à ceux qu’on croit être ambitieux du pouvoir. Qui ne connaît pas Pascal Bodjona ? Qui ne sait pas de quoi il est capable pour sauver la tête de Faure Gnassingbé ? Presque tout le monde le connaît pour son zèle outrancier, son militantisme avéré toujours renouvelé au service de son patron. Et alors, basta !

Aujourd’hui, les Togolais se demandent si Faure Gnassingbé peut-il, la main sur la conscience, dire qui envie son fauteuil. "Les amis sont partout, mais les ennemis sont tout près", dit-on. Et c’est ce que vit Faure Gnassingbé qui n’arrive pas à détecter ceux qui sont vraiment prêts à le descendre de son piédestal. Pascal Bodjona qui s’est employé et qui s’emploie toujours pour préserver son fauteuil par tous les moyens, est devenu le bouc émissaire d’un amateurisme politique affiché depuis les premières heures de sa prise de pouvoir contre la volonté du peuple togolais jusqu’à ce jour.

Pour d’aucuns, Faure Gnassingbé, tel qu’on le connaît avec son habitude rancunière, allait jeter son ami Pascal Bodjona en prison depuis que les rumeurs circulaient qu’il est impliqué dans cette affaire d‘escroquerie dans laquelle se mirent d’autres à qui personne n’a pensé, s’il s’avérait vrai.

A voir le cours des événements, on peut donc dire que l’affaire de coup d’Etat contre Faure Gnassingbé, collée à son demi-frère Kpatcha, est purement et simplement inventée, une véritable fausse alerte donnée par le Colonel Massina et sa bande de tortionnaires, juste pour créer un flou artistique autour de la gestion du pouvoir "maudit" des Gnassingbé qu’il envierait trop.

Maintenant que les choses deviennent de plus en plus claires dans cette affaire, Faure Gnassingbé doit rentrer en lui-même pour savoir qui est qui et qui fait quoi dans son entourage. Si non, il sera conduit à une autolyse jamais souhaitée de sa vie. Le feuilleton n’est qu’à son 1er épisode. Attendons donc de voir la suite.

Lisez en intégralité, l’article publié par notre confrère béninois Nokoué sur cette affaire qui fait enlever les poils.

 

Togo : Une affaire d’escroquerie sème la zizanie au sommet de l’Etat

AFFAIRE

Une gigantesque affaire d’escroquerie internationale agite actuellement le sommet du pouvoir du Président Faure Gnassingbé du Togo. Il s'agit de ce que la presse togolaise, divisée sur la question, appelle l'affaire Bertin Agba, du nom d'un milliardaire homme d'affaires togolais qui est détenu actuellement à la prison civile de Tsévié (localité située à 30 Km de Lomé). Le crime, une histoire d'escroquerie internationale montée et protégée par un homme d'affaires arabe du nom d'Abass Ibrahim Youssef met en jeu plusieurs acteurs. L'ancien PDG de Elf, Loïk Le Flok­Prigent, le Colonel Massina, patron de l'Agence Nationale des Renseignements (ANR), le Ministre Pascal Bodjona, le Président de l'Assemblée Abass Bonfoh, le Ministre des Mines et plusieurs autres sous-acteurs. Du terrain civil, l'affaire prend une allure politique avec des rebondissements dans la presse internationale et des dessous scandaleux qui révèlent une guéguerre autour d'un fauteuil présidentiel encore détenu par le fils de Feu Gnassingbé Eyadema. Révélations puisées dans les milieux proches de l'affaire qui permettront sans doute d'apporter de l'eau au moulin à ce dossier et à l'opinion togolaise.

En juillet 2008, un homme d'affaires togolais Kabyè, ethnie du chef de l'Etat, Agba Bertin, a été sollicité par un homme de confiance d'un investisseur émirati du nom d'Abass Youssef. Le sieur Loïk le Flock-Prigent, ancien PDG de Elf, qui avait présenté la société de l'arabe comme une société de prospection de pétrole et de minerai, d’import et d'export de mobiliers de promotion de l'éducation, de la santé et de développement, demandait au togolais de l'aide du transfert entre autres services d'une importante somme d'argent appartenant à l'ancien président ivoirien Robert Guéi. Des millions de dollars d'après les informations en notre possession. L'homme d'affaires togolais avisé a exigé la signature d'un contrat en bonne et due forme avec la société émirati Pilatus, avant démarrage de toutes activités. Ce qui n’a pas tardé à se faire dans les trois mois à suivre. Selon le contrat qui liait ces deux partenaires, la Société BIM du sieur Agba était le représentant agrée de la société émirati, Pilatus appartenant à Abass Youssef et devait l'aider à entrer dans les milieux relevant de ses compétences en affaires et en investissement à travers la sous région. C'est ainsi que l’équipe des deux partenaires s'est déplacée dans plusieurs capitales africaines pour négocier des investissements dans les domaines du pétrole, des mines, de la téléphonie et beaucoup d'autres domaines. Le Togo, pays situé à l’ouest du Bénin n'a pas été épargné par cette visite de prospection. Elle a donc eu lieu aux bons soins d'un ami français du Togo, habitué des couloirs de la Présidence togolaise. La visite aura permis aux hommes d'affaires, non seulement de brandir officiellement le motif d'intérêt pour investissement en pétrole et en minerais, mais aussi de poursuivre la transaction noire du trésor de Robert Guéi, déposée dans une certaine banque centrale togolaise vers le Ghana.

Togo, une visite pompeuse

La visite de l'Emirati au Togo, arrangée par l'ami français s'est déroulée dans une ambiance bon enfant. Au palais de la Présidence, Abass Youssef a confié au Chef de l'Etat qu'il venait investir dans les domaines exposés plus haut: pétrole, mines, éducation, santé, développement etc. Et comme il y. avait des mobiles cachés à cette visite, l'homme d'affaires a réussi à mouiller tous les collaborateurs du Chef de l'Etat avec de petits cadeaux de grande valeur. «Certains, dont l'un des conseillers, nommé Tchouko est resté longtemps en contact avec nous dans le cadre d'un projet d'éducation dans son village», nous a confié un proche d'Abass Youssef qui nous a fait un certain nombre de révélations qui mettent en cause le rôle joué par le Togo dans cette visite. La délégation de l'arabe a réussi à rencontrer successivement le Président de l'Assemblée Nationale, Abass Bonfoh, le Ministre Noupokou Damipi des mines et de l'énergie.

Bertin Agba qui se trouve être un frère de même village que le ministre Pascal Bodjona a voulu couronner son exploit en drainant l'imposante délégation au domicile du ministre de l'administration territoriale qui « l'avait félicité pour ses prouesses et ses efforts et qui avait convié les partenaires à s'intéresser au Togo », nous a confié la source proche de Youssef.

La plus importante partie de cette visite a été le séjour, aux soins du patron de l'ANR, le Colonel Massina, dans une des gigantesques cités de Lomé, de la délégation de l'arabe. L'homme a été traité avec les commodités dignes d'un Prince saoudien et c'est là que les choses importantes ont été sorties « M. Massina nous a joué un sale tour. Il a sollicité le soutien de notre patron pour des jours à venir, pendant lesquels il pourrait prendre la tête du Togo. Son patron ne maîtrisant pas la gestion du pays. Il nous a promis des gros marchés d'extraction d'or, de minerai et de pétrole, il sera reconnaissant, dans le cas échéant et surtout si nous l'aidons. Il nous a proposé beaucoup d'affaires, certaines ont été faites, d'autres, non, mais après, quand les difficultés ont commencé, il nous oblige à porter plainte pour escroquerie, il a monté un dossier de justice et nous a demandé l'accord du principe après nous avoir pris des dizaines de milliers de dollars », nous a confié un personnage clé dans l'entourage de M. Youssef. Celui-ci a expliqué que le Colonel Massina leur a facturé à prix d'or leur séjour dans la fameuse villa. Sécurité, restauration, hébergement, communication et même l'interprétariat. « Nous nous sommes rendus compte finalement que l'interprète en question était une maîtresse du colonel des renseignements qui était même venue à Dubaï obtenir d'autres faveurs du PDG Youssef», a expliqué le collaborateur visiblement très remonté contre le patron du service secret togolais.

 

Une escroquerie à double visage

 

Agba Bertin est connu sous l'ex-président togolais Eyadéma Gnassingbé comme un fin affairiste qui réussit à crédibiliser ses coups, même les plus flous avec des éléments qui convainquent. Dans ce dossier, l'homme d'affaires pourrait être convaincu qu'il s'agit -dans les services pour lesquels il était sollicité- d'une question d'escroquerie, puisqu'il a joué à un moment le rôle et la fonction du Ministre togolais de l'intérieur en lieu et place de Pascal Bodjona. Mais les pièces soumises à notre appréciation et les accords signés entre le Groupe saoudien Pilatus et la BIM de Bertin Agba relèvent d'une probité juridique tellement intrinsèque que Abass Youssef est aujourd'hui totalement confus. Les virements bancaires effectués à travers ces banques crédibles comme UBS ou Barclays ont été faits en paiements d'honoraires de consultations, répondant à des factures émises. Un contrat en bonne et due forme lie les deux partenaires qui fait de l'un la société de prospection et de l'autre la représentation exclusive dans la sous-région ouest africaine. Pire, et c'est là où le sieur Bertin Agba a été extraordinaire, le patron du Groupe Pilatus aurait délivré une attestation reconnaissant que tous les virements bancaires effectués à l'endroit de Bertin Agba et de sa société ont servi au paiement des factures de prestations. C'est pourquoi les différents documents publiés par le compatriote-Badarou du Magazine Managers qui nous a été également servis par l'entourage de l'arabe, relevaient tout simplement des motifs de consultations ou de location (consultance fees). Cela n'est en principe pas une preuve suffisante pouvant inculper l'homme qui passe déjà quatre mois en prison sans que le dossier ne soit instruit. Il semble que c'est la méthode au Togo d'interpeller les citoyens, de les détenir en prison pendant plusieurs années sans que le dossier ne soit instruit. Le propre frère du chef de l'Etat est dans ce cas, à ce jour et ce, depuis deux ans.

 

A la lecture de ce dossier, il est aisé de comprendre que l'arabe Youssef qui prétend venir décaisser des fonds d'un ex-dirigeant ivoirien au Togo en effectuant des virements bancaires sous d'autres motifs aura organisé le crime et le protéger par des subterfuges et des artifices. Dans ce cas, il n'est pas du tout innocent. Il devrait être un habitué des dossiers d'escroquerie. Pour notre part, nous attendons l'instruction du dossier pour rendre public tous les documents qui compromettent la société Pilatus et qui ne l'autorisent pas à porter plainte contre quiconque dans ce dossier. De l'avis de certains avocats ayant pris connaissance du dossier il serait vide et une probable plainte contre l'arabe lorsqu'ils sortiront a la première instruction des documents compromettants et inédits.

 

C'est donc ce qui contrarie aujourd'hui l'émirati qui ne veut plus poursuivre cette mésaventure, ayant découvert que les fonds de Robert Guéi que lui proposaient le Nigérian et la dame Mounira, acteurs clés de la manœuvre, ne sont que de la supercherie et il ne voudra pas, en plus de l'argent dépensé pour débloquer ces fonds sans succès, que son image soit ternie. Il se trouve aujourd'hui sous la coupe d'une double escroquerie. Celle de la bande au Nigérian et des autorités de l'Agence nationale des renseignements du Togo.

 

Dans le cas de Pascal Bodjona, la plupart des journaux locaux et des sites internet ont tôt fait d'annoncer son départ du gouvernement dont il est le porte-parole et son interpellation dans cette affaire. Pascal Bodjona, d'après la presse et l'opinion togolaises, serait l'homme à tout faire du régime Faure. Tous les coups tordus pour déstabiliser l'opposition, les manœuvres électorales pour pérenniser la monarchie, la défense du parti de feu président et autres seraient ses spécialités même si dans ce dossier, il semble totalement absent des documents et toutes les transactions financières faites dans le courant de cette nébuleuse affaire. Son nom ne figure nulle part dans les virements, dans les contrats, dans les voyages et missions diverses publiées par le magazine Managers.

Aujourd'hui, est-il revenu dans de bonnes grâces après cette tempête ? Nous ne saurions le dire.

 

Quand le fauteuil de Faure est menacé

 

De plus, il circule depuis quelque temps dans les milieux journalistiques togolais que le fauteuil de Faure Gnassingbé est vivement convoité, non seulement par son opposition incarnée par Gilchrist Olympio leader charismatique de l'UFC parti de l'opposition togolaise, mais aussi par des hommes de mains de ceux qui tentent constamment de se neutraliser. De sources confidentielles, le Col. Massina qui serait l'homme de la situation pour une transition militaire à la Guinéenne et qui aurait sollicité le saoudien et d'autres personnalités influentes pour sa cause, ne verrait pas de bon œil, ceux qui sont les obstacles potentiels à ce projet qu'il serait en train de peaufiner avec des dirigeants d'un parti d'opposition. Pour ce faire, il lui faut se débarrasser de certaines personnalités qu'il considérerait comme des menaces potentielles. Parmi eux, Pascal Bodjona, à qui il attribue les mêmes ambitions, le Ministre de la sécurité Mohamed Titikpina et d'autres personnalités du régime actuel du Togo. Les proches de ce Colonel décrit par la presse et la société civile togolaise comme un tortionnaire proclament qu'aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années. « Le colonel Massina est l'homme de la situation il a un plan et il l'exécutera, pour le bonheur des Togolais, assoiffés d'alternance politique », nous a confié un de se hommes de mains. On sait que l'argent, l'information et les armes suffisent pour prendre le pouvoir. Et c'est ce qui manque le moins aux initiateurs de ce projet. Que reste-t-il donc? Déjà qu'il y avait eu des arrestations pour une affaire de coup d'Etat par le passé. Aujourd'hui, c'est dans une affaire d'escroquerie qu'on tente d'impliquer Pascal Bodjona. A se demander si ce n'est pas un plan bien élaboré pour mettre hors d'état de nuire, les cibles potentielles, histoire de balayer sa route.

Sources : Quotidien béninois Nokoué N° 1885 du 18 juillet 2011.


:: Les commentaires des internautes ::

africain le 02/09/2012
le peuple togolais et l'opinion internationale seraient tres heureux et bien informer si vous ( Nokoue ) pouvez publier ces documents inedits que vous avez en votre pocession.


Anonyme le 03/09/2012
Et que dirais-je alors moi Togolais sinon que Dieu nous garde de ses fourberies!


Togovi le 03/09/2012
j' comprends plus rien à ce qui se passe dans mon pays!!! Ou allons nous? Vraiment triste...


BB le 03/09/2012
Bodjona mérite bien cela, ce malfaiteur


Anonyme le 03/09/2012
s" il pouvait regler le compte entre eux meme pour nous laisser respirer cela sera la meilleure chose qui va ariver à mon pays


lecitoyendumonde le 03/09/2012
Je me demande bien a quoi jouent les journalistes? Tout ce qui ne va pas comme vous voulez vient forcément du diable. Je ne vois pas dans tout le récit une envie d'impartialité de plus venant d'un journal étranger. Tout homme accusé dans une affaire doit être d'abord être appréhendé pour éclaircir l'affaire et s'il est reconnu coupable, il doit payer pour les actes qu'on lui reproche. Nous avons vu l'affaire DSK et la femme de chambre. Juste après la plainte, notre puissant homme a été arrêté et avec la manière.
vous ne devez pas voir cette arrestation comme une chose extraordinaire. M. Bodjona et tous les autres qui sont impliqués dans cette affaire ne sont pas de supers togolais pour être traités autrement. La loi est la même pour tous. Si c'était un pauvre togolais qui avait trempé dans cette affaire il n'y aura pas autant d'effort pour le blanchir. Laissons la justice faire son travail et on verra qui a tort et qui a raison. Il faut pas voir systématiquement dans l'arrestation de certains hommes proches du pouvoir à qui on reproche des affaires aussi dangereux comme coup d'état et l'appartenance à des groupes mafieux comme forcément des désir du président Faure de se débarrasser des concurrents potentiels. Nous prions tous pour que le Togo ait enfin une justice impartiale même si cela relève du miracle, il ne faut perdre espoir.
J'ai toujours dit les journalistes sont pour beaucoup dans les malheurs qui arrivent à nos peuples. Ils soufflent toujours sur la braise sans faire cas des conséquences sur la population. Il suffit n'analyser les qualificatifs collés à certains dans le document pour s'en rendre compte.
Si Nokoué a des preuves pour blanchir Bodjona ou tout autre individu accusé dans cette affaire c'est maintenant qu'il faut les brandir. Cela éviterait que des présumés innocents passent de vilains moments dans les redoutables prisons togolaises.

Merci!


Togo fils le 03/09/2012
Qui veut manger seul meurt. Donc ça fait leur affaire. Je m'en fou

http://Togo fils.centerblog.net


ADJO le 04/09/2012
Voilà la bonne nouvelle que j'attendais, il a fallut écrire le verbe. Le verbe pour prouver de tout côtés, la triste réalité de la non implication de P.B dans cette affaire d'escroquerie. Je suis impatiente de voir la tête de cet émirati Arabe qui tente de semer la zizanie dans mon pays. Que fera t-il la justice se retournera contre lui? De toute façon, moi je dit: "on partira tous un jour laisser ces milliards, ce ne sont juste que des papiers",lol.


Anonyme le 04/09/2012
NOUS SOUFFRONS AU TOGO QUE DIEU VIENNE A NOTRE SECOURS


sunday le 04/09/2012
liberer bodjona il est innocent


Anonyme le 04/09/2012
soyez prudent pour ne pas sombrer le Togo dans une situation de guerre. Si Pascal est fotif qu'il soit punit. Mais s'il est innocent il sera libéré et inocenté par la justice. cela rtelève de la compétance judiciaire. Nous ne devons pas devenire des acteurs immédiats mais plutôt des observateurs. ce que je connaît c'est que PASCAL B. est un faut type. Et on ne connaît jamais la vérité d'un menteur. QUE DIEU BENISSE LE TOGO.


manu le 04/09/2012
Dieu aide nous, nous avons besoin de toi, tu as sauvés ton peuple d'Egypte, tu nous sauvera de ce pays qui n'est plus le Togo.


Anonyme le 05/09/2012
qui sème le vent récolte la tempète bodjona et tout les autres qui sont au pouvoir aujourd'hui n'ont qu'a méditer cela.... il n'est jamais trop tard pour rendre compte à la nature.


yao le 05/09/2012
hommes de la société civile: je pense qu'il est mieux de laisser les loup se battre et s'ils peuvent s'avaler, qu'il s'avalent et comme ça, un loup de moins. Nous voulons seulement la paix pour poursuivre notre mission de développement.


justice le 05/09/2012
une affaire tres simple mais complique par la justice togolaise instrumentalisee par l etat togolais.le premier des escroc est abbas Youssef. On devrait d'abord l'arrêter dès son arrivée sur le territoire togolais et l'enfermer. Ce sont ces messieurs qui pillent nos pays. Et drôle de façon. On défend un escroc contre un digne fils du pays qui a servi loyalement la nation.


malbi le 05/09/2012
qui nous connait dans ce pays la a peine nous trouvons a manger laisse les faire nous on avance


Omar le 06/09/2012
Dieu protege le togo amine


RENE le 07/09/2012
Que Dieu soit loué si réellement MASSINA a cette ambition de réaliser l'alternance politique à la guinéenne au TOGO car nous avons trop mare et le peuple togolais a trop souffert de ce régime clanique et dictatorial qui nous gouverne depuis plus d4un demis siecle.Mais qu'il n'oublie pas, il doit répondre top ou tard de ses crimes


sunday le 07/09/2012
liberer le il est innocent


Etranger le 08/09/2012
Bonjour a tous,
Je suis un togolais moi aussi mais une chanson de affia mala qui dit "qui tue par l'epee perira par l'epee".
Bodjona vas suibit le sors.Bien fait pour lui.
FAURE est totalement fous.Des miliers de Togolais ont trouve la mort en 2005,mais les auteurs de cette multitude de mort court encore.il ne les pas arreter.Maintenant il passe son temps a arreter des affairistes comme Mr Bojona.

http://nen na pas.centerblog.net


honore le 08/09/2012
il na encore rien vu


Miguel le 08/09/2012
Ceux qui ont versé le sang pour que vive ce togo agonisant regleront le compte de chacun.


Anonyme le 12/09/2012
Les loups se dévorenr entre eux


Tape le 13/09/2012
Ce qui est marrant c'est que cette affaires impliquent trois frères d'un même village qui ont mis tous les moyens pour que l'actuel président restent au pouvoir. Au risque de leur vie. Le père président aussi avait exclu ce même peuple. L'histoire est donc comme une roue. le peuple de kouméa a donner le pouvoir au père, il l'a aidé à le maintenir en période difficile. Le fils aussi il a été élevé, protégé l'a donné le pouvoir.
Mais quelle méchanceté de cette famille pour ce peuple très combatif.


Togoviwo le 17/09/2012
bizarre vos commentaires


salo le 19/09/2012
que Dieu nous garde d'une mauvaise foi des autorités togolaises.
que la justice soit faite pour la gloire de Dieu


Anonyme le 20/09/2012
quel est la cause


Nokoué le 20/09/2012
Ce article n'est que pur mensonge. Prrrrriiiiiiiiiiiiiii


anonyme le 28/09/2012
si cela arrive a un baron,le bras droit de faure qu'adviendrait-il a moi, un pauvre citoyens comme moi.que dieu nous en garde.


anonyme le 03/07/2013
de koi ces genses veulent à pascal et agba ts kouméa les regarde faire et on verra de koi le togo va finir.
http://cyber.centerblog.net


le fils du nord le 26/03/2014
qui veut manger la main du singe doit regarder sa propre mains